CritiqueDans la nuit...

Miss Dior, de Justine Picardie

Catherine Dior ? La sœur de Christian Dior ? Pourquoi ?

C’est ainsi que j’ai entamé ma lecture de ce livre, sans même jeter un coup d’œil à la quatrième de couverture. J’aime à découvrir les livres sans en connaître précisément le sujet. J’aime ce plaisir-là, cette découverte, la rencontre entre les mots de l’auteur et mon imagination.

Justine Picardie nous offre ici la biographie de Catherine Dior, et ma première question en plongeant dans ses pages a été : “Pourquoi elle ? Pourquoi cette histoire ?” La réponse, simple et frappante, se dessine lentement au fil des pages, se faufile comme une évidence discrète mais irréfutable. Elle s’infiltre progressivement à mesure que je dévore les chapitres, à mesure que la personnalité de Catherine se révèle et que les événements se déroulent.

Catherine Dior est peut-être une femme de l’ombre mais c’est une femme debout, une femme forte.

Elle se tient debout lorsque, frappée par la crise de 1929, sa famille est contrainte de déménager dans le sud, s’acharnant à cultiver un modeste jardin de subsistance pour nourrir tout le monde. Cette passion pour le jardinage, héritée de sa famille, ne la quittera jamais, la poussant même à cultiver des roses parfumées et des vignes après le tumulte de ses jeunes années.

Debout tout au long de sa vie, faisant le choix de rejoindre la résistance et de s’engager dans l’un des réseaux les plus vastes et actifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le récit de son arrestation, de l’épreuve qu’elle a endurée, et de son retour à la vie est profondément bouleversant.

Justine Picardie, malgré son rôle de journaliste, possède ce don d’éveiller les émotions. Elle parvient à les insuffler habilement dans son récit. À sa narration précise, documentée et solidement sourcée, elle ajoute une touche d’âme, peut-être celle de Catherine elle-même. Cette force transcende chaque page du livre, le dotant d’une passion et d’une profondeur constantes.

Le livre regorge d’anecdotes, non seulement sur la vie de Catherine, mais aussi sur celle de son célèbre frère, ainsi que sur les époques qu’ils ont traversées ensemble. Une fois la dernière page tournée, une seule question demeure, insoluble jusqu’à ce jour : pourquoi n’ai-je pas entendu parler de Catherine Dior plus tôt ?

Ce manque est réparé et je ne saurais trop vous conseiller de vous procurer ce livre, “Miss Dior”, par Justine Picardie aux éditions Flammarion.

Miss Dior de Justine Picardie, aux éditions Flammarion.

Préc. Suiv.